LA RETENTION D’EAU

LA RETENTION D’EAU

La rétention d’eau dans le corps humain signifie la présence de liquides qui stagnent dans certains tissus ou organes au lieu d’être naturellement éliminés du corps.

La cause peut en être attribuée à plusieurs facteurs, tel que des troubles métaboliques, un manque de vitamines ou de protéines, une consommation de médicaments ou d'hormones, des pathologies de certains organes et systèmes, des dysfonctionnements du système veineux et lymphatique, des habitudes incorrectes (consommation d’alcool, tabagisme, etc.). Ces troubles affectent la circulation sanguine locale et générale.

L’œdème (gonflement), causé par la stagnation des liquides entre une cellule et l’autre à l’intérieur des parties molles est localisé de manière prédominante dans les parties du corps comprenant des inclinaisons (ex. chevilles, pieds) et dans le cas de cellulite sur les fesses et les cuisses.

Les femmes souffrent plus de rétention d’eau que les hommes, du fait de la présence d’œstrogènes, qui sont les hormones sexuelles féminines. Ces hormones stimulent la stagnation naturelle des cellules graisseuses, particulièrement sur certaines parties du corps féminin (hanches, fesses, cuisses) et ont un impact sur la microcirculation locale par le mécanisme délicat d’échange de liquides qui entraîne la rétention d’eau dans les tissus. La rétention d’eau comprime les vaisseaux sanguins avoisinants, en réduisant le flux sanguin et donc l’oxygénation (hypoxie), ce qui signifie des dommages locaux encore plus grands.

La rétention d’eau peut également être reliée à certains moments de la vie d’une femme, par exemple pendant la période prémenstruelle, lors de la prise de contraceptifs oraux ou au cours de thérapies hormonales qu’elles soient curatives ou alternatives, au cours de la grossesse, de la ménopause et toujours du fait des différentes fluctuations des hormones sexuelles féminines.

La rétention d’eau peut également être causée par les régimes. Un régime « correct » doit évidemment être complété d’un apport de sodium réduit, avec du sel de table courant. La consommation d’aliments crus par exemple, réduit la quantité de sel, qui est normalement utilisé en cuisine. Il est également conseillé de réduire la consommation d’aliments avec conservateurs, d’aliments en conserve, de saucisses, de fromage fait, etc. puisqu’ils contiennent beaucoup de sel. La caféine, le chocolat, le sucre, la farine raffinée et les hydrates de carbone en général stimulent la rétention d’eau dans les tissus.

Enfin, l’activité physique joue un rôle important, puisque l’exercice physique améliore la circulation du sang de tout le corps et rétablit la vitesse du flux sanguin vers le cœur, en réduisant les tendances à l’œdème.

La cellulite comprend également la rétention d’eau, qui augmente avec la progression de cette maladie. Depuis l’état initial, il existe une altération de la microcirculation de l’hypoderme (tissu adipeux), avec la libération de liquides par les fines parois vasculaires et l’accumulation subséquente de liquides dans les tissus adipeux.

Puis, les parois des vaisseaux et les fibres de collagène s’épaississent et se durcissent (sclérose). Ces altérations impliquent ensuite le derme, où les fibroblastes, cellules typiques de ce tissu, augmentent la production d’acide hyaluronique, une molécule qui peut rappeler l’eau et par conséquent augmente l’œdème (gonflement) du tissu.

Bibliographie

  • Rossi R., Vergnanini A.B. « Cellulite : une étude »
    J Eur Acad Dermatol 2000;14:251-262
  • Lupi O. et al. « Evaluation des effets de la caféine sur la microcirculation et l’œdème sur les cuisses et les fesses, en utilisant l’imagerie spectrale à polarisation orthogonale et paramètres scientifique » J Dermatologie Cosm. 2007;6:102 – 107
  • Wollina U, Goldman et al. « Dermatologie esthétique et cosmétique »
    Thérapie Dermatologique 2008;21:118–130